Dans son livre intitulé How Paris became Paris –The invention of the modern city, Joan DeJean décrit l’importance de la construction du Pont-Neuf pour le développement de Paris et l’idée que les Parisiens avaient de leur ville. Le premier chapitre, qui est consacré à ce sujet, commence par cette affirmation : ‘L’invention de Paris a commencé avec un pont’.

Pont_Neuf_Paris

La construction d’un pont enjambant la Seine en s’appuyant sur le bout de l’Ile de la Cité avait été commencée par Henri III en mai 1578 mais interrompue en raison de l’instabilité politique due aux guerres de religion. Vingt ans plus tard, Henri IV annonça son désir de terminer le pont, alors appelé le Pont Notre-Dame, et aussi d’en modifier les plans originaux. Le premier pont en pierre de Paris fut ainsi élargi et ne devait plus être bordé de maisons ni d’échoppes de part et d’autre, comme c’était la coutume à cette époque, mais par des passages surélevés réservés aux piétons. Ces caractéristiques eurent des répercussions importantes sur le développement de la communauté parisienne.

Comme commençaient à apparaître en ville les premières voitures à chevaux appartenant à des particuliers, Henri IV décida de faire suffisamment élargir le pont afin que celles-ci puissent se croiser aisément. Le pont attira aussi une large foule de piétons, mêlant aristocrates, bourgeois et petites gens, et devint rapidement un des premiers lieux publics particulièrement prisés. Tout en vaquant à ses occupations quotidiennes, on pouvait également profiter de ces petits balcons qui jalonnent les murs de chaque côté du pont et permettent de découvrir de nouvelles perspectives. Alors que certains venaient parader leurs riches manteaux, d’autres apprenaient les dernières nouvelles affichées ou partagées par des harangueurs – à une époque où n’existaient que des gazettes annuelles récapitulant les évènements de l’année passée. Désormais, une nouvelle pouvait se rependre dans Paris très rapidement et les gens ont ainsi pu commencer à réagir aux évènements du jour. Ainsi, une foule de 30 000 à 40 000 personnes pouvait se former en peu de temps et manifester son mécontentement, n’hésitant pas parfois à en appeler aux armes – tels les ‘Agitateurs du Pont-Neuf’, pendant La Fronde de 1648 à 1653, une guerre civile déclenchée par une situation économique désastreuse.